Archives

À paraître: Juin 1940. Combats et massacres en Lyonnais de Julien Fargettas - SFHOM 19/05/2020

À paraître: Juin 1940. Combats et massacres en Lyonnais de Julien Fargettas – SFHOM 19/05/2020

Société française d’histoire d’outre-mer (SFHOM) – 19 mai 2020

À paraître (6 juin 2020) Juin 1940. Combats et massacres en Lyonnais (Tarare, Pontcharra, Bully, L’Arbresle, Lentilly, Lissieu, Chasselay, Saint-Germain, Champagne, Lyon) de Julien Fargettas aux éditions du Poutan.

“Juin 1940. Le 10, sur la Somme et l’Aisne, les dernières lignes de défense française ont cédé, le gouvernement a fui Paris et, le 17, Pétain a demandé à l’armée de cesser le combat… Les 19 et 20 juin pourtant, le 25e régiment de tirailleurs sénégalais reçoit l’ordre de « résister sans esprit de recul même débordé » pour tenter d’endiguer le déferlement des troupes allemandes sur les nationales 6 et 7, au nord de Lyon.
Quatre-vingts ans plus tard, l’historien Julien Fargettas, ancien officier de l’armée de terre, spécialiste des soldats noirs auxquels il a notamment consacré sa thèse de doctorat, revient pour nous sur les combats de Chasselay, objets de ses premières recherches.
Avec rigueur et clarté, il nous donne les éléments permettant de comprendre le pourquoi de cet engagement et de ces décennies de présence africaine en Lyonnais. Non sans émotion, il nous fait ensuite le récit des combats et des terribles massacres qui s’ensuivirent. Il s’interroge enfin sur les mémoires de cette tragédie et les manques du légitime hommage qui doit être rendu à ces hommes.”

Avec la contribution de Baptiste Garin, « Chasselay : anatomie d’un massacre », basée sur la découverte en 2019 de huit photographies allemandes qui documentent chacune des étapes de ce crime de guerre.

À paraître: Juin 1940. Combats et massacres en Lyonnais de Julien Fargettas – SFHOM 19/05/2020

Lire la suite…

Société française d’histoire d’outre-mer (SFHOM)

1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

 

Publié le 26 août 2015
Les Éditions du Poutan présentent leur nouveau local - Le Progrès 05/06/2020

Les Éditions du Poutan présentent leur nouveau local – Le Progrès 05/06/2020

Le Progrès – 5 juin 2020

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE

C’est au 57, boulevard Gambetta que se sont installées les Éditions du Poutan, à coté de la société Induscopies. Ce nouveau lieu s’appelle Le Cuvier, hommage aux éditions caladoises du Cuvier, et se veut à la fois une boutique et un lieu d’exposition où l’on pourra retrouver écrivains et ouvrages de la région beaujolaise. C’était la présentation à la presse ce jeudi 4 juin avec les deux premiers invités : Julien Fargettas et Allain Renoux

Le Cuvier - Photo d'Anne Cordon-Fabrègue - Le Progrès - 5 juin 2020

Photo d’Anne Cordon-Fabrègue – Le Progrès 5 juin 2020

De gauche à droite : Marie Garnier, Clotilde Deneufbourg, Julien Fargettas, Jacques Branciard, Allain Renoux, Sylvia Pittet. Photo Progrès Anne Cordon-Fabrègue.

Cliquer ICI pour visionner le diaporama.

Les Éditions du Poutan présentent leur nouveau local – Le Progrès 05/06/2020

Lire la suite…

Article et photos d’Anne Cordon-Fabrègue • Le Progrès – 5 juin 2020

1940 – Combats et massacres en Lyonnais

J’avais dans la tête

 

Publié le 25 août 2015
Juin 1940, combats et massacres en Lyonnais de Julien Fargettas, présenté au Cuvier - Le Patriote 08/06/20

Julien Fargettas dédicace au Cuvier – Le Patriote 08/06/20

Le Patriote Beaujolais – 8 juin 2020

Villefranche : “Juin 1940, combats et massacres en Lyonnais” de Julien Fargettas, présenté au Cuvier.

Dans cet ouvrage publié aux Éditions du Poutan, l’auteur revient entre autres sur les combats de Chasselay, objets de ses premières recherches. Il est venu le présenter jeudi dernier dans les nouveaux locaux de l’éditeur.

Juin 1940. Le 10, sur la Somme et l’Aisne, les dernières lignes de défense française ont cédé, le gouvernement a fui Paris et, le 17, Pétain a demandé à l’armée de cesser le combat… “Les 19 et 20 juin pourtant, le 25e régiment de tirailleurs sénégalais reçoit l’ordre de “résister sans esprit de recul même débordé” pour tenter d’endiguer le déferlement des troupes allemandes sur les nationales 6 et 7, au nord de Lyon”, écrit Jacques Branciard, directeur des Éditions du Poutan.
80 ans plus tard, Julien Fargettas, ancien officier de l’armée de terre, spécialiste des soldats noirs auxquels il a notamment consacré sa thèse de doctorat, revient sur les combats de Chasselay.

Lire la suite sur le site du patriote…

Le Patriote BeaujolaisLaurence Chopart – Lundi 8 juin 2020.

Julien Fargettas dédicace au Cuvier – Le Patriote 08/06/20

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 24 août 2015
Un auteur sur les traces du massacre de Chasselay - Le Patriote 11/06/20

Un auteur sur les traces du massacre de Chasselay – Le Patriote 11/06/20

Le Patriote Beaujolais – 11 juin 2020

Dans “Juin 1940, combats et massacres en Lyonnais“, Julien Fargettas, revient entre autres sur les combats de Chasselay, objets de ses premières recherches. Il est venu le présenter son ouvrage dans les nouveaux locaux de l’éditeur.

Juin 1940. Le 10, sur la Somme et l’Aisne, les dernières lignes de défense française ont cédé, le gouvernement a fui Paris et, le 17, Pétain a demandé à l’armée de cesser le combat… “Les 19 et 20 juin pourtant, le 25e régiment de tirailleurs sénégalais reçoit l’ordre de “résister sans esprit de recul même débordé” pour tenter d’endiguer le déferlement des troupes allemandes sur les nationales 6 et 7, au nord de Lyon”, écrit Jacques Branciard, directeur des Éditions du Poutan.
80 ans plus tard, Julien Fargettas, ancien officier de l’armée de terre, spécialiste des soldats noirs auxquels il a notamment consacré sa thèse de doctorat, revient sur les combats de Chasselay.

Lire la suite sur le site du patriote…

Julien Fargettas
Docteur en histoire de l’IEP d’Aix-en-Provence, ancien officier de l’armée de Terre, Julien Fargettas est directeur de l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre) pour le département de la Loire. Auteur d’un premier ouvrage couvrant la période de la Seconde Guerre mondiale, “Les Tirailleurs sénégalais- Les soldats noirs entre légende et réalité-1939-1945” (Taillandier, 2012), il a par la suite orienté ses recherches sur le temps de la décolonisation, ce qui a donné lieu à une nouvelle publication : “La fin de la “Force Noire”- Les soldats africains et la décolonisation française” (Les Indes Savantes, 2019).

Le Patriote BeaujolaisLaurence Chopart – Jeudi 11 juin 2020.

Un auteur sur les traces du massacre de Chasselay – Le Patriote 11/06/20

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 23 août 2015
Le racisme tue: souvenons-nous des massacres de Chasselay de juin 1940 - Le JDD 13/06/20

Le racisme tue: souvenons-nous des massacres de Chasselay de juin 1940 – Le JDD 13/06/20

Le JDD – 13 juin 2020

“C’est par l’histoire que le racisme sera vaincu”, écrivent dans cette tribune au JDD l’historien Pascal Blanchard et la maire adjointe de Bondy (Seine-Saint-Denis) Aïssata Seck. Les auteurs relatent un événement méconnu: les massacres de tirailleurs sénégalais à Chasselay, dans le Rhône, en juin 1940.

“Le racisme tue. Le monde est en ébullition depuis les images, 8 minutes 46 secondes d’une vidéo terrible, où l’on voit George Floyd mourir étouffé face à un policier blanc. Partout, aux États-Unis et en Europe, les manifestations se succèdent, les monuments symboles de l’esclavage ou de la colonisation sont détruits. Des personnalités prennent la parole et dénoncent le racisme, les déclarations des chefs d’État du monde entier soulignent l’importance de l’événement, les opinions s’émeuvent et manifestent.
Certes, c’est l’Amérique, et les conflits raciaux issus de l’histoire – esclavage, loi Jim Crown, lynchage, combat pour les droits civiques… – expliquent en grande partie les fractures du présent. Mais la France actuelle est aussi le fruit de son histoire. Et cette histoire fut aussi celle de l’esclavage et celle de la colonisation. Désormais, le débat s’engage sur la manière de ‘digérer’ ce passé, de penser le présent et les discriminations. Partout, la question va bien au-delà des ‘violences policières’, désormais c’est la manière dont la ‘mémoire coloniale’ et le passé sont traités par la Nation qui est questionnée.
Nous le savons, cette histoire est complexe, multiple et en grande partie méconnue. Qui se souvient ou connaît les événements de Chasselay de juin 1940? Qui se souvient que se déroule à cet endroit, dans le Rhône, l’une des pages majeures de notre histoire contemporaine? Retour 80 ans plus tôt, à une vingtaine de kilomètres de Lyon, sur ce lieu de mémoire de notre histoire croisée Europe-Afrique.
(…)
Faire du Tata du Chasselay un de nos grands lieux d’histoire
Un jour, il faudra faire de ce ‘Tata’ un de nos grands lieux d’histoire, au creuset de notre relation avec le continent africain et poursuivre le chemin ouvert par le président de la République Vincent Auriol en 1949. Un geste essentiel pour rendre hommage à ces combattants, une manière aussi d’expliquer aux générations futures que le racisme tue et a tué de manière concrète. C’est à cela que servent les commémorations, c’est à cela que sert le travail d’histoire et les livres (comme celui que vient de publier Julien Fargettas sur ces événements : Juin 1940, combats et massacres en Lyonnais, éditions du Poutan), c’est le chemin qui doit être désormais le nôtre, ensemble. 

Lire la suite sur le site du JDD…

Le JDDPascal Blanchard et Aïssata Seck – 13 juin 2020

Le racisme tue: souvenons-nous des massacres de Chasselay de juin 1940 – Le JDD 13/06/20

DÉDICACE

Julien Fargettas présentera son livre Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais le samedi 20 juin à 9h à la mairie de Chasselay dans le cadre du 80e anniversaire des combats de Montluzin et du massacre de 48 tirailleurs sénégalais par les Nazis.

Samedi 20 juin • 9h •  Mairie de Chasselay
7 Rue du Promenoir, 69380 Chasselay

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 21 août 2015
massacre tirailleurs africains fargettas le monde 200617

Ces tirailleurs africains massacrés par les nazis – Le Monde – 16/06/20

Le Monde – 16 juin 2020

RÉCIT | Les 19 et 20 juin 1940, 188 tirailleurs « sénégalais », 6 tirailleurs nord-africains et 2 légionnaires russe et albanais sont massacrés par l’armée allemande au nord de Lyon. Leur histoire ressurgit aujourd’hui grâce à des photos inédites.

Se sentent-ils un peu chez eux, loin de chez eux, ces tirailleurs enterrés dans ce cimetière militaire étonnant ? A Chasselay (Rhône), 2 700 habitants, le « Tata » (« enceinte sacrée », en wolof) tente de garder enclose la mémoire de soldats noirs massacrés par l’armée allemande, les 19 et 20 juin 1940. Il y a quatre-vingts ans, ces tirailleurs avaient fait un bon bout de chemin depuis leur continent jusqu’à ce coin de France pour y laisser leur peau. Car leur destin s’est bien résumé à cela : une histoire de peau.
(…)

Ces tirailleurs africains massacrés par les nazis - Le Monde - 16/06/20

« Crépitement d’armes automatiques »
Des hommes, des soldats, un double statut que déniaient à ces Noirs, à ces « Affen » (« singes »), les militaires allemands coupables de les avoir exécutés. Huit photos terrifiantes, prises par un homme de la Wehrmacht, illustrent la rage raciste à l’œuvre lors des fameuses journées. Les photos en question, totalement inédites, dormaient dans un vieil album, mis sur un site d’enchères par un brocanteur outre-Rhin et acheté par un jeune collectionneur privé de Troyes, Baptiste Garin. Sur une double page était épinglé un massacre de tirailleurs. « J’ai été saisi d’une émotion étrange, d’un malaise et puis du sentiment d’un cauchemar en croisant le regard de ces pauvres types », raconte l’acquéreur. Il prend contact avec un historien, Julien Fargettas. Voilà un quart de siècle que cet ancien militaire de 46 ans travaille sur cet épisode. Il vient même d’y consacrer un livre : Juin 1940. Combats et massacres en Lyonnais (Poutan, 250 pages, 21 euros). Julien Fargettas identifie la scène.

Lire la suite sur le site du Monde…

Le MondeBenoît Hopquin – 16 juin 2020

Ces tirailleurs africains massacrés par les nazis – Le Monde – 16/06/20

DÉDICACE
Julien Fargettas présentera son livre Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais le samedi 20 juin à 9h à la mairie de Chasselay dans le cadre du 80e anniversaire des combats de Montluzin et du massacre de 48 tirailleurs sénégalais par les Nazis.

Samedi 20 juin • 9h •  Mairie de Chasselay
7 Rue du Promenoir, 69380 Chasselay

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 19 août 2015
Chasselay, massacre des tirailleurs africains - RFI - 19/06/20

Chasselay, le massacre des tirailleurs africains – RFI – 19/06/20

RFI – 19 juin 2020

Alors que la France commémore en ce moment les événements de juin 1940, lors de la débâcle du début de la Seconde Guerre mondiale, à Chasselay, au nord de Lyon, c’est à des tirailleurs africains que l’on pense. Les 19 et 20 juin, près de 200 d’entre eux furent froidement assassinés par les Allemands. C’est l’un des plus importants massacres de soldats noirs commis alors quasi systématiquement.

Pour beaucoup de militaires allemands, ils n’étaient pas des soldats, ni même des hommes, mais plutôt des « Affen », des singes. La preuve de la dégénérescence de la France et de son armée, selon la propagande nazie. C’est gorgé de cette haine, de cette peur, qu’ils déchaînent leur violence contre les troupes coloniales tandis que la France s’écroule.
Le 17 juin, le maréchal Pétain appelle à cesser le combat. Au nord de Lyon, les 19 et 20 juin, le 25e régiment de tirailleurs sénégalais résiste, suit l’ordre de l’état-major de freiner la descente allemande vers le Rhône. Les combats sont inégaux et les tirailleurs contraints à la reddition. Les militaires noirs fait prisonniers sont séparés des blancs et abattus par les mitrailleuses des panzers. D’autres sont également assassinés lors d’une véritable chasse aux tirailleurs engagée dans les environs.

Une nécropole de 196 stèles

Aujourd’hui, 196 stèles peuplent la nécropole nationale de Chasselay, entourées de quatre pyramides bardées de pieux, ocres elles aussi, et gardées par des masques traditionnels. Le « Tata » (« enceinte sacrée » en wolof), construit dès 1942 à l’initiative d’un ancien combattant, Jean Marchiani, qui a lui-même acheté le terrain, garde vive la mémoire de ces hommes morts pour la France en région lyonnaise.
Une cérémonie officielle d’hommage aura lieu dimanche à Chasselay en présence de Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.

Pour la première fois, des photos de ces événements sont publiées dans le livre de l’historien Julien Fargettas, spécialiste des troupes coloniales, dans Juin 1940 : Combats et massacres en Lyonnais, qui vient de paraître.

Lire la suite sur le site de RFI

“Chasselay, le jour où l’armée allemande a massacré des tirailleurs africains”
RFI – 19 juin 2020

Chasselay, le massacre des tirailleurs africains – RFI – 19/06/20

DÉDICACE
Julien Fargettas présentera son livre Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais le samedi 20 juin à 9h à la mairie de Chasselay dans le cadre du 80e anniversaire des combats de Montluzin et du massacre de 48 tirailleurs sénégalais par les Nazis.

Samedi 20 juin • 9h • Mairie de Chasselay
7 Rue du Promenoir, 69380 Chasselay

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 18 août 2015
Juin 1940, quand l'armée allemande massacrait des tirailleurs sénégalais - France 24 - 19/06/20

Juin 1940, quand l’armée allemande massacrait des tirailleurs sénégalais – France 24 – 19/06/20

France 24 – 19 juin 2020

En juin 1940, lors de la bataille de France, une série de massacres est perpétrée par l’armée allemande contre des soldats africains dans la région lyonnaise. Le plus emblématique s’est déroulé à Chasselay. Grâce à la découverte de clichés inédits, l’historien Julien Fargettas a mis en lumière cet épisode méconnu dans un nouvel ouvrage.

La peur se lit sur leurs visages. Terrifiés, les mains en l’air, ils sont conduits dans un champ. Un soldat allemand semble même esquisser un sourire. Ces prisonniers sentent que la situation est inhabituelle. Ces tirailleurs sénégalais de l’armée française n’ont plus que quelques minutes à vivre. Des Panzers s’apprêtent à leur tirer dessus. Ces chars ont été positionnés sur la route, juste à côté. Ils font feu à la mitrailleuse. Une quarantaine d’hommes s’écroulent au sol. Le 20 juin 1940, dans le Rhône, vient de se dérouler le massacre de Chasselay.

Dans son dernier ouvrage “Juin 1940, combats et massacres en Lyonnais” (Éd. du Poutan), l’historien Julien Fargettas a mis en lumière huit photographies inédites de cette exécution, les seules connues jusqu’à présent. Elles ont été découvertes récemment dans un vieil album acheté par un jeune collectionneur privé, Baptiste Garin. “Ce que révèlent ces clichés, c’est que c’était une action assez pensée. C’est assez troublant. Quand on regarde l’attitude des soldats allemands, il n’y a quasiment rien qui transparaît, presque comme s’ils étaient insensibles”, relate l’historien…

Lire la suite sur le site de France 24

France24Stéphanie TROUILLARD – 19 juin 2020

Juin 1940, quand l’armée allemande massacrait des tirailleurs sénégalais – France 24 – 19/06/20

DÉDICACE
Julien Fargettas présentera son livre Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais le samedi 20 juin à 9h à la mairie de Chasselay dans le cadre du 80e anniversaire des combats de Montluzin et du massacre de 48 tirailleurs sénégalais par les Nazis.

Samedi 20 juin • 9h • Mairie de Chasselay
7 Rue du Promenoir, 69380 Chasselay

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 18 août 2015
Livre - Juin 1940 - Combats et massacres dans le Lyonnais - Ma TV en Beaujolais - 19/06/20

Livre – Juin 1940 – Combats et massacres dans le Lyonnais – Ma TV en Beaujolais – 19/06/20

Ma TV en Beaujolais – 19 juin 2020

Interview de Julien Fargettas, auteur du l’ouvrage “Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais” paru aux éditions du Poutan.
Il revient notamment sur le massacre de 48 Tirailleurs Sénégalais les 19 et 20 juin 1940 à Chasselay dans le Beaujolais.

 

Juin 1940, alors que le gouvernement français sous l’égide du Maréchal Pétain appelle à cesser les combats, les troupes allemandes sont sur le point de déferler sur Lyon, déclarée « ville ouverte », afin d’éviter sa destruction, et notamment celle de ses ponts.
Malgré cet appel à baisser les armes, qui provoque des défaillances dans les rangs d’une partie des combattants de l’armée française, des ordres sont donnés pour tenter de ralentir l’envahisseur au nord et au sud de Lyon.
Engagé aux côtés des forces françaises, le 25e Régiment des Tirailleurs Sénégalais reçoit l’ordre de résister « sans esprit de recul, même débordé » sur une ligne de front allant de Lentilly jusqu’à l’Arbresle.  Au fur et à mesure de la conquête du territoire par les forces allemandes, ces « coloniaux » comme on les appelait alors, sont faits prisonniers, et nombre d’entre eux sont exécutés.
Lozanne, Lentilly, Fleurieu-sur-Saône, Lissieu, Pontcharra-sur-Turdine… de nombreux villages font état de l’exécution de « soldats noirs » entre le 17 et le 26 juin. À Chasselay, le 20 juin 1940, une quarantaine de soldats de la 3ème compagnie du 25e RTS est amenée à l’extérieur du village, au lieu-dit Vide Sac, où Ils sont exécutés par deux chars mitrailleurs !
Ce massacre deviendra l’un des plus emblématiques crimes de guerre perpétrés par les forces allemandes en région lyonnaise durant cette sombre période, et fera l’objet de nombreuses fausses rumeurs et « légendes ».
La découverte récente de huit photos, prises à l’époque par un officier allemand, permet aujourd’hui de sortir cet événement de l’oubli et surtout de faire la lumière sur les circonstances et sur les véritables auteurs du massacre.
Avec “Juin 1940, Combats et massacres en Lyonnais“, l’historien Julien Fargettas revient avec rigueur et clarté sur cet épisode douloureux, mais aussi sur les autres exactions commises par les troupes allemandes dans la région. Un ouvrage poignant, très bien documenté, qui nous replonge au cœur des décisions politiques et stratégiques du début de la seconde guerre mondiale, mais aussi des combats menés autour de Lyon pour défendre la ville.

EXPOSITION
L’association Des Livres et des Histoires organise au Cuvier à Villefranche une exposition consacrée à ces événements : Chasselay 1940 : Anatomie d’un crime de guerre d’après l’ouvrage de Julien Fargettas avec les photographies découvertes en 2019 par Baptiste Garin.

17 au 24 juin Chasselay 1940 : Anatomie d’un crime de guerre
Le Cuvier57, boulevard Gambetta – 69400 Villefranche-sur-Saône
Ouverture de 10 h à 19 h – 10 h à 13 h le dimanche

Ma TV en Beaujolais19 juin 2020

Livre – Juin 1940 – Combats et massacres dans le Lyonnais – Ma TV en Beaujolais – 19/06/20

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 18 août 2015
Mémoire. Le massacre des tirailleurs sénégalais à Chasselay - Courrier de l’Atlas - 19/06/20

Mémoire. Le massacre des tirailleurs sénégalais à Chasselay – Courrier de l’Atlas – 19/06/20

Le Courrier de l’Atlas – 19 juin 2020

Le 19 juin 1940, alors que l’armistice a été demandé par le maréchal Pétain, des tirailleurs sénégalais continuent de barrer la route de Lyon aux soldats SS. À court de munitions après un intense combat, les survivants du régiment se rendent à l’ennemi. Les soldats noirs seront exécutés lors d’un massacre resté peu connu.

La débâcle de l’armée française est consommée. Le 17 juin, le maréchal Pétain a reconnu la défaite de la France en demandant un armistice. En attendant la réponse de Berlin, certaines unités continuent de se battre. Parmi elles, les troupes coloniales font preuve d’une combativité qui étonne les Allemands.
Il y a 80 ans, le 19 juin 1940, à Chasselay-Montluzin, la 3e compagnie du 25e régiment de tirailleurs sénégalais reçoit l’ordre de barrer la route de Lyon. Ils sont en réalité aussi Ivoiriens, Gabonais, Béninois, Guinéens, Soudanais, Peuls, Bambaras ou Malinkes.
(…)

Massacre oublié

Jean Marchiani est l’un des premiers responsables à s’intéresser à ce crime de guerre. En 1942, il décide de réunir des fonds pour acheter un terrain là même où ont été massacrés les soldats. Un tata y est construit, conformément à une coutume africaine pour honorer les guerriers morts au combat. 196 tirailleurs, de plusieurs nationalités ont été enterrés.
Cet épisode est l’un des premiers crimes de guerre perpétrés par la barbarie nazie sur le sol français, mais longtemps resté oublié. « On n’en retrouve aucune trace dans les procès de Nuremberg », confie un magistrat international qui a effectué des recherches.
Dans son dernier ouvrage “Juin 1940, combats et massacres en Lyonnais” (Éd. du Poutan), l’historien Julien Fargettas a mis en lumière huit photographies inédites de cette exécution, les seules connues jusqu’à présent…

Lire la suite sur le site du Courrier de l’Atlas…

Le Courrier de l’AtlasRached Cherif19 juin 2020

Mémoire. Le massacre des tirailleurs sénégalais à Chasselay – Courrier de l’Atlas – 19/06/20

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 18 août 2015