Archives

le progres 171029

Le Progrès – 29/10/17 – Rencontre avec l’éditeur Jacques Branciard

Le Progrès – 29 octobre 2017

VILLEFRANCHE/ARNAS – DES LIVRES ET DES HISTOIRES :
Jacques Branciard : « Le salut viendra de nos partenaires privés et adhérents ».

Jacques Branciard est fils et petit-fils de maires de Gleizé. Historien, membre de l’Académie de Villefranche. En 2010, il fonde, à Villefranche, Les éditions du Poutan. Depuis, il a publié une centaine d’ouvrages tirés de 200 à 2.500 exemplaires. Les livres sur l’histoire et le patrimoine du Beaujolais, du Lyonnais et des alentours forment le cœur de son activité, mais il publie aussi des romans et quelques ouvrages de jeunesse. En parallèle, il est directeur de l’association Des Livres et des Histoires et commissaire du salon Des Livres en Beaujolais. Rencontre.

Parlez-nous des éditions du Poutan.

« Pour ceux qui l’ignorent, en patois beaujolais, un poutan est un grenier ou plus exactement un fenil. L’endroit où l’on faisait sécher les récoltes.

Dans un secteur d’activité plutôt en crise, les éditions du Poutan, installées à Villefranche, se portent assez bien, peut-être parce qu’elles sont à l’échelle des projets qui sont attendus dans les villages et les associations de la région. Cette année, plusieurs ouvrages sont particulièrement prometteurs Bagnols et son château , Anse gallo-romaine et sa région, L’Île Barbe aux portes de Lyon sorti en septembre, a déjà reçu un accueil très favorable de la presse et des libraires. Notons aussi Cibeins, une école, une histoire , l’album du centenaire du lycée agricole qui sera présenté en avant-première au salon du livre. »

Où trouve-t-on les ouvrages du Poutan ?

« Nos ouvrages sont en vente dans toutes les librairies du Beaujolais et du Val de Saône et sur notre site internet : poutan.fr ».

Vous êtes aussi commissaire du salon Des Livres en Beaujolais, comment se porte-t-il ?

« Après seulement trois éditions, on peut dire que les objectifs sont atteints : plus de 1 500 visiteurs en 2016, un » festival « Bernard Pivot particulièrement réussi, la mise en place du marché au vin et une participation de Jean Claverie reste dans les mémoires. Tous les voyants sont au vert, avec une marraine de talent Maud Tabachnik, très investie dans la réussite du salon, Benjamin Flao, un invité ‘‘carte blanche’’ de grande classe et un partenariat renouvelé avec le Comité de défense du Beaujolais de Périco Légasse et Bernard Pivot. »

Pensez-vous déjà à l’édition 2018 ?

« Oui, en effet, mais on se fait déjà un peu de souci pour ce salon. Nous savons pouvoir compter sur le soutien de Michel Romanet Chancrin, le maire d’Arnas et de son adjointe à la culture Janine Meaudre qui est véritablement à l’origine de cette manifestation. Le Département devrait lui aussi continuer d’apporter sa contribution mais la région et le ministère de la Culture ont supprimé leur financement. Le salut viendra certainement de nos partenaires privés et surtout des adhérents dont le nombre s’accroît et que j’invite à renouveler leurs adhésions à l’occasion de la soirée de ce mardi. »

Lire la suite…

Article et propos recueillis par Sophie Vuccino • Le Progrès/Beaujolais/Villefranche-sur-Saône – 29 octobre 2017.

Publié le 28 septembre 2015
ma tv en beaujolais 171106

Ma TV en beaujolais 06/11/17 – Jacques Branciard présente le Salon Des Livres en Beaujolais

Ma TV en Beaujolais – 6 novembre 2017

Présentation avec Jacques Branciard du Salon Des Livres en Beaujolais qui se tiendra à Arnas le dimanche 19 novembre 2017.

#VIDEO MA TV En Beaujolais
Jacques Branciard Commissaire du Salon Des Livres en Beaujolais présente la 4e édition qui aura lieu le dimanche 19 novembre à Arnas !

Sous la Présidence d’honneur de Bernard Pivot, la 4e édition du salon Des Livres en Beaujolais accueillera plus de 60 auteurs ! Maud Tabachnik sera la marraine et Benjamin Flao l’invité carte blanche ! Les amoureux de la lecture pourront en outre faire leur « marché aux vins, visiter des expositions, assister à un débat « Psychanalyse et Littérature » et à un entretien exclusif avec la spécialiste du thriller politique et féministe, Maud Tabachnik.

Ma TV en beaujolais – Agenda Culture Loisirs et Sorties

Ma TV en beaujolais – 06/11/17

 

Publié le 27 septembre 2015
jacques branciard a livre ouvert villefranche magazine 124

Villefranche Magazine – 01/07/18 – Jacques Branciard à livre ouvert

Villefranche Magazine – N°124 Juillet 2018

JACQUES BRANCIARD À LIVRE OUVERT

Alors que les vacances d’été sont toujours une période privilégiée pour lire allongé sur un transat, le principal éditeur beaujolais peut vous suggérer ses ouvrages. Rencontre avec Jacques Branciard, fondateur des éditions du Poutan.

UNE ILLUSTRE RÉFÉRENCE

Le nom choisi se veut un clin d’œil aux défuntes éditions créées par Jean Guillermet (voir page 20) puisque du cuvier au poutan, il n’y a que quelques marches à monter… Cet historien de formation aligne aujourd’hui plus de 120 titres dans son catalogue qu’il développe depuis 2010. Pour l’essentiel, la liste se compose de documentaires et de monographies sur les communes,
mais aussi, accessoirement, de fictions et de nouvelles. Il comporte ainsi des ouvrages sur les Frères Lumière, la bataille de Saint-Georges-de-Reneins, Victor Vermorel, Notre-Dame des Marais, le village d’Oingt, etc.

jacques branciard villefranche magazine couvCE FILS ET ARRIÈRE-PETIT-FILS DE DEUX MAIRES DE GLEIZÉ

a écrit un premier livre sur le thème des Muscadins de Theizé, un sujet délicat mais passionnant qui relate la triste épopée des rescapés du siège de Lyon (1793), dans le sud Beaujolais. C’est la jeune association du Poutan, créée avec Jeanine Meaudre, Laurence Petit, Jean-Claude Durand, etc., qui l’édita en 1996 et 1 000 exemplaires en furent vendus.
Un vrai succès. Jacques reprit ses études par un 3e cycle en Communication à Lyon. Tout naturellement, cet entrepreneur créa donc ensuite sa petite boîte de com’ qui concevait plaquettes promotionnelles et sites internet pour les professionnels du Beaujolais.

DE LIVRES EN LIVRES

Dans le même temps, des amis lui apportèrent des documents à mettre en page. Pas de problème, il disposait des outils multimédia de création graphique. Et, finalement, en dix-huit mois, il travailla sur 18 ouvrages ! Jacques Branciard s’est formé ainsi à l’édition petit à petit. Il s’en explique : « Au départ, je faisais cela pour me faire plaisir et c’est devenu un vrai boulot. (…) Au fil du temps, j’ai imaginé un modèle économique qui convient aux associations, aux communes, aux petites structures qui n’ont souvent qu’une alternative entre bricolage et prestations de maisons d’édition lyonnaises. J’apporte, pour tous ces projets souvent modestes, un service professionnel et financièrement accessible. »
Depuis le départ de cette aventure éditoriale, Jacques Branciard est entouré d’une équipe dont fait partie Sandrine, son épouse. En 2014, ce groupe constitua l’association Des Livres et des Histoires qui lança, avec succès, le salon régional Des livres en Beaujolais à la demande de la Municipalité d’Arnas (président d’honneur : Bernard Pivot).
Sa 5e édition est programmée pour le 15 décembre 2018.

UN VRAI ANCRAGE LOCAL

L’entrepreneur, amoureux de sa région, s’est progressivement spécialisé dans l’édition de documents sur l’histoire et le patrimoine local avec des gens comme Daniel Rosetta et Bernard Jadot : « C’est ce que je sais faire et c’est là que je suis efficace. » Le Lyonnais et le Beaujolais constituent ses territoires de prédilection mais il aimerait aussi travailler en Dombes, même si le passage entre le royaume et l’empire semble toujours difficile à franchir…
Dans les cartons, de nombreux ouvrages attendent. En plus du « Petit manuel du parler des gones », on peut citer une « Histoire de Villefranche » avec Jean-Philippe Rey et Philippe Branche (parution prévue pour 2019).
S’il est au cœur d’un réseau relationnel solide, Jacques Branciard assure (presque) l’ensemble des tâches qui incombent à une maison d’édition, du concept à la livraison. Alors, parfois, il se prend à rêver de pouvoir se concentrer sur son cœur de métier. À 53 ans, serait-il sur le point d’ouvrir une nouvelle page de sa vie ?

Télécharger Villefranche Magazine N°124

Villefranche Magazine – Juillet 2018.

Publié le 24 septembre 2015
le progres un livre pour mettre en lumiere les merveilles de villefranche 190906

Un livre pour mettre en lumière les merveilles de la ville – Le Progrès 06/09/2019

Le Progrès – 6 septembre 2019

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE | PATRIMOINE

Fruit d’une belle coopération entre les meilleurs connaisseurs de la Calade auxquels ont fait appel les deux historiens, Philippe Branche et Jean-Philippe Rey, un nouvel ouvrage sur Villefranche vient de sortir : Villefranche-sur-Saône – une histoire en Beaujolais.

Ils ont mis en œuvre toutes les ressources disponibles pour présenter un ouvrage qui fera certainement date parmi les publications consacrées à la capitale du Beaujolais.
La richesse des collections municipales, les cadrages impeccables du photographe Alain Jean-Baptiste, vous permettront de découvrir ou de redécouvrir Villefranche, depuis la rue Nat’ jusqu’à la plage, en passant par Fontgraine, Belleroche, la Quarantaine ou Béligny.

Jacques Branciard, directeur des Éditions du Poutan explique la genèse du projet :

« Des histoires de Villefranche, il y en a eu pas mal de publiées, y compris dans nos Éditions. Huit ouvrages en dix ans y ont été consacrés, sous la plume de Ghislaine de Brebisson, Janine Meaudre, Simone Vogelgesang, René Boncompain, Philippe Branche, Jean Prost et Daniel Rosetta ; sans oublier l’équipe de la Société populaire, Lucien Béatrix, Jean Large, Serge Laurent et Michel Lebail. À une exception près, il s’agissait de livres portant sur un aspect ou un épisode de notre histoire. Avec celui-ci, il s’agissait de faire travailler ensemble des gens venus d’horizons différents : un historien reconnu – Jean-Philippe Rey (aujourd’hui édité chez Perrin où il a notamment pris la suite de Jean Tulard en signant une Histoire du Consulat et du Premier Empire – et le meilleur spécialiste des fonds documentaires et iconographiques consacrés à la région, Philippe Branche, véritable cheville ouvrière de l’Académie de Villefranche, aussi bien que de la Maison du Patrimoine.
Les deux auteurs n’ont pas hésité à faire appel à différents spécialistes de l’histoire locale pour être sûr d’atteindre le but : proposer un texte qui fasse référence et qui concerne la totalité de la ville. Grâce au maire, Thomas Ravier qui a d’emblée soutenu le projet ainsi qu’aux services culturels de la ville qui nous ont ouvert leurs collections, on peut dire que le » contrat « est largement honoré. »

Villefranche-sur-Saône – Une histoire en Beaujolais Jean-Philippe Rey et Philippe Branche – Photographies d’Alain Jean-BaptisteÉditions du Poutan – 224 pages. Prix public : 25€

 Un livre pour mettre en lumière toutes les merveilles de la ville – Le Progrès 06/09/2019

Lire la suite…

Article d’Anne Cordon-Fabrège • Le Progrès/Rhône – Villefranche et Beaujolais
/Villefranche-sur-Saône – 6 septembre 2019

rue nationale villefranche sur saone 1868

Rue nationale, un lundi matin de 1868

À LIRE AUSSI
« Cet ouvrage, c’est plus de 25 ans de documents collectés »

Philippe Branche est l’un des deux auteurs du livre. Caladois, il a consacré sa vie à l’étude de l’histoire et des légendes de notre région. Il a publié en 2014, Les remparts de Villefranche en Beaujolais (Éditions du Poutan).

Comment peut-on faire “tenir” toute une ville dans un seul ouvrage ?
« On ne peut pas faire tenir une ville dans un ouvrage. C’est forcément des choix personnels, des envies. Pour ma part, je voulais vraiment que cet ouvrage mette en lumière tout Villefranche, avec ses quartiers périphériques, ses anciens châteaux, l’ancienne commune de Béligny. Quant à la somme de travail, c’est plus de 25 ans de documents, anecdotes collectées. Le plus dur étant de choisir. »

Quels mots-clés donneriez-vous pour esquisser un portrait de Villefranche ?
« Villefranche, pour moi, c’est bien sûr la rue Nat’ (une ville rue), les conscrits, le textile qui a fait sa richesse, le Beaujolais qui a fait son identité. »

Combien d’années ont nécessité les recherches sur la rue Nat’ à elle seule ?
« J’ai commencé à travailler dessus il y a 7-8 ans. Chaque fois que je descendais en ville, je prenais mon appareil photo. Le dimanche surtout, où les allées sont plus souvent ouvertes, et où l’on peut s’y glisser et découvrir ses trésors. Le seul regret, c’est de ne pouvoir montrer plus les trésors des cours, car il aurait été trop compliqué d’obtenir l’autorisation de tous les propriétaires. Peut-être ce premier pas permettra de faire prendre conscience de toutes ces merveilles ».

Lire la suite…

Propos recueillis par Anne Cordon-Fabrège.

Villefranche-sur-Saône – Une histoire en Beaujolais

Publié le 8 septembre 2015
Un livre intitulé "Belleville entre Saône et Beaujolais"... - Le Progrès 19/09/2019

Un livre intitulé “Belleville entre Saône et Beaujolais”… – Le Progrès 19/09/2019

Le Progrès – 19 septembre 2019

BELLEVILLE-EN-BEAUJOLAIS | HISTOIRE

Coécrit par Bruno Benoit et Pierre Bernoux, illustré de photographies signées Fernand Serpol, le livre Belleville entre Saône et Beaujolais depuis 1789 paraît aux éditions du Poutan ce jeudi.

Nous les avons rencontrés, le 10 septembre, quelques jours avant la parution officielle.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée d’écrire ce livre ?
Bruno Benoit : Avec Pierre Bernoux, dans les années 1970, nous avons soutenu notre thèse sur la commune de Belleville. Ces dernières années, je me suis rendu compte qu’il n’existait pas de livre scientifique à ce sujet, si bien qu’en mars 2018 j’ai proposé à la municipalité, via Isabelle Chartron (conseillère municipale et déléguée au Patrimoine, Ndlr.), d’écrire ce livre, et nous avons rapidement obtenu son accord. Pour la première partie, nous nous sommes appuyés sur notre soutenance et nous avons développé la suite.

À quel contenu le lecteur peut s’attendre ?
Bruno Benoit : Bien sûr, nous parlons de l’Abbaye et de l’Hôtel-Dieu, mais surtout des Bellevillois qui ont joué un rôle important dans le développement de l’industrie de la commune dans les années 1945. Auparavant, c’était le chemin de fer et le vin qui ont permis à Belleville de prospérer. Cette ville a toujours su évoluer et rebondir avec, par exemple, le développement de Libertec, et la dernière preuve en est la fusion avec Saint-Jean-d’Ardières.

Pourquoi ce titre ?
Bruno Benoit :
Dans un livre, le plus difficile à trouver c’est le titre. Nous l’avons trouvé un beau jour d’été, il est explicite et assez significatif.

Où ce livre sera mis en vente ?
Jacques Branciard, des éditions du Poutan :
Sa mise en place se fera à Belleville et dans tout le Beaujolais, ainsi qu’à Villefranche, et selon la demande, peut-être à Lyon. Nous avons édité 1 000  exemplaires, et nous remercions la mairie pour son soutien et les 500 exemplaires qu’elle nous a retenus.

Fernand Serpol a fourni de nombreuses photos de très grandes qualités, dont les premières remontent aux années 1970. « J’ai pu acheter mon premier appareil photo en 1966, et j’ai réalisé environ 3 600 photos sur Belleville et ses environs », détaille le photographe.

Quant à Isabelle Chartron, coordonnatrice du projet, elle a largement contribué, grâce à ses connaissances, aux commentaires et aux encarts explicatifs : « Je me suis régalée à participer à cet ouvrage pointu et scientifique, recentré sur les 200 dernières années, tout en insistant sur celles de 1945 à 1990. Le lecteur y trouvera des photos inédites, comme celle des ateliers Berthoud, à la page 174. »

Un livre intitulé “Belleville entre Saône et Beaujolais”… – Le Progrès 19/09/2019

Lire la suite…

Article de Georges LEGRAND • Le Progrès Villefranche et Beaujolais – 19 septembre 2019

Belleville – Une histoire en Beaujolais depuis 1789

Publié le 7 septembre 2015
le patriote belleville entre saone et beaujolais 190919

Belleville, entre Saône et Beaujolais depuis 1789 – Le Patriote 19/09/19

Le Patriote Beaujolais – 19 septembre 2019

Dans cet ouvrage, les historiens Bruno Benoit et Pierre Bernoux ont revisité une œuvre de jeunesse, en travaillant notamment avec le service des archives de la ville. Ce livre est paru aux éditions du Poutan sous la direction de Jacques Branciard.

patriote190919 1500px

 

Le Patriote Beaujolais – Laurence Chopart – Jeudi 19 septembre 2019.

Belleville, entre Saône et Beaujolais depuis 1789 – Le Patriote 19/09/19

Belleville – Une histoire en Beaujolais depuis 1789

Publié le 5 septembre 2015
Villefranche-sur-Saône, une histoire en Beaujolais - Ma TV en beaujolais 19/09/19

Villefranche-sur-Saône, une histoire en Beaujolais – Ma TV en beaujolais 19/09/19

Ma TV en BeaujolaisLivre – Villefranche-sur-Saône, une histoire en Beaujolais – 20 septembre 2019

Présentation officielle du livre « Villefranche-sur-Saône, une histoire en Beaujolais » paru aux éditions du Poutan, avec les auteurs Philippe Branche et Jean-Philippe Rey, et l’éditeur Jacques Branciard.

#VIDEO MA TV En Beaujolais

Ma TV en beaujolais – Livres

Villefranche-sur-Saône, une histoire en Beaujolais – Ma TV en beaujolais 19/09/19

Publié le 4 septembre 2015
le progres jean jacques pignard conscrits villefranche 200117

L’ouvrage de Jean-Jacques Pignard sur les conscrits réédité – Le Progrès 17/01/2020

Le Progrès – 17 janvier 2020

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE | ÉVÈNEMENT

Voilà une bonne nouvelle pour les Caladois, les conscrits, anciens et nouveaux et ceux qui veulent en apprendre davantage sur cette tradition, essence même de la Calade : Les Conscrits de Villefranche en Beaujolais , avait été publié pour la première fois en 1988.

Le livre sort ce samedi 18 janvier aux Éditions du Poutan, dans sa version originale mais agrémenté de nouvelles illustrations choisies par Philippe Branche et Jean-Jacques Pignard et d’un nouvel avant-propos.
Il y a trente et un ans, Jean-Jacques Pignard, alors jeune agrégé d’histoire publiait, comme le remarquait André Poutissou, alors maire de Villefranche, « l’ouvrage magistral tant attendu sur cette fête des conscrits […], fête unique, exceptionnelle par son caractère, son ampleur et sa pérennité. » On peut y lire : « Les conscrits de Villefranche ont mis en musique la partition de la vie, de l’amitié et de la solidarité. »
Plusieurs vagues ont déferlé dans la rue Nationale depuis et l’auteur du livre s’est assis dans le fauteuil du maire qu’il a occupé de 1989 à 2008, avant d’aller siéger au Sénat.
Trois ans de travail
Son livre, qui avait conquis un large public, est resté dans les mémoires malgré sa disparition des rayons des librairies. Souvent sollicité, Jean-Jacques Pignard ne s’était pourtant jamais résolu à une réédition de son ouvrage.
Interrogé sur la question, il explique que ce travail lui avait demandé trois ans pour compulser toutes les archives, revoir tout ce qui avait été publié sur le sujet, notamment dans la presse locale et recueillir des témoignages. Il avait ensuite voulu enrichir le propos en expliquant cette philosophie de la fête, faire partager ces moments à la fois de joie et de nostalgie du temps qui passe.
Son emploi du temps très chargé avait été l’une des raisons de son refus de reprendre l’ouvrage mais aussi car il ne pensait pas pouvoir ajouter quelque chose de plus. Mais l’éditeur Jacques Branciard a réussi à le convaincre et c’est donc l’édition dans sa version originale qui a été reprise.
L’auteur nous conte l’histoire des conscrits, paragraphe si important de l’histoire locale, de l’institution de la conscription à nos jours, avec précision et de nombreux détails mais également avec une grande tendresse pour sa ville, un sens poétique et de l’humour qui rend cet ouvrage agréable à lire.

L’ouvrage de Jean-Jacques Pignard sur les conscrits réédité et enrichi – Le Progrès 17/01/2020

Lire la suite…

Article de Anne Cordon-Fabrègue • Le Progrès  – 17 janv. 2020

Les Conscrits de Villefranche en Beaujolais

Publié le 2 septembre 2015
Éditions du Poutan, 90 % de pertes en avril mais un nouveau local pour rebondir – Le Progrès 10/05/2020

Éditions du Poutan, 90 % de pertes en avril mais un nouveau local pour rebondir – Le Progrès 10/05/2020

Le Progrès – 10 mai 2020

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE • ÉCONOMIE

Pour leur dixième anniversaire, Les Éditions du Poutan créent une SARL et s’implantent en cœur de ville en ouvrant ”Le Cuvier’‘, un lieu culturel très beaujolais.

Tout était allé très vite. Fin 2019, Jacques Branciard, éditeur, avait trouvé deux personnes pour donner une nouvelle dimension aux Éditions du Poutan : Sylvia Pittet, ancienne régisseuse du parc immobilier de l’Agglomération, et Marie Garnier, commerciale et auteur de livres pour enfants. Le 1er mars, la première devient gérante des ‘‘Nouvelles éditions du Poutan’’. La seconde, avec 20 % des parts, prend en mains la diffusion des ouvrages. “Ce qui me permet, dans cette configuration, de me consacrer entièrement à l’animation des éditions et aux maquettes” précise Jacques Branciard. Les trois associés s’installent rapidement 57 boulevard Gambetta, dans un local loué à la société Induscopies: “Un lieu de stockage, de réunions, de préparation de commandes et, éventuellement, de réception de clients”.

Des rencontres, des livres, des ateliers et des produits régionaux
Mais le confinement est arrivé… avec son cortège d’annulations en tous genres: “Nous avions six publications prévues, toutes assorties d’évènements”, se désole Jacques Branciard, qui annonce 90 % de pertes en avril. Pas de quoi décourager l’équipe qui voit dans ce nouveau local le moyen de rebondir : “Si on reste sur notre modèle économique, on meurt ! Ce local deviendra donc un lieu de rencontres: ateliers de lecture, d’écriture, présentation de livres anciens, expositions… Ainsi que la vente de produits régionaux. Et pas seulement du vin!”.

L’association ‘Des livres et des histoires’ y organisera des expositions. Les associés voudraient aussi proposer tout ce qui se publie dans le Beaujolais. “Nous l’avons appelé ‘‘Le Cuvier’‘, en hommage/clin d’œil aux Éditions du Cuvier, vieille institution caladoise, qui a édité des livres régionaux jusqu’en 1980″. Un vaste parking, un show-room partagé avec Induscopies «  Nous sommes liés par le papier ! » lance Sylvia Pittet, et un local en cours d’aménagement.

Tout sera bientôt prêt pour accueillir le public, dans le respect des gestes barrières. Le local est ouvert, même s’il n’est pas totalement aménagé. Mais déjà se prépare : “un événement important pour la mi-juin…”.

Éditions du Poutan, 90 % de pertes en avril mais un nouveau local pour rebondir – Le Progrès 10/05/2020

Lire la suite…

Photo et article de Marie Noelle TOINON • Le Progrès – 10 mai 2020

 

Publié le 28 août 2015
Une nouvelle page pour les éditions du Poutan - Le Pays 11/06/20

Une nouvelle page pour les éditions du Poutan – Le Pays 11/06/20

Le Pays – 11 juin 2020

Après 10 années d’existence, les éditions du Poutan s’offrent un pas-de-porte dans la capitale du Beaujolais. Que de chemin parcouru pour leur fondateur Jacques Branciard !

Librairie, espace de stockage et lieu d’expositions, Le Cuvier nouveau – référence à l’ancienne maison d’édition du Caladois Jean Guillermet – sera tout cela à la fois. Accueilli boulevard Gambetta par la société Induscopie, l’endroit devrait vite devenir une adresse littéraire incontournable de Villefranche. Fort d’un catalogue de quelque 160 titres essentiellement régionalistes, le principal éditeur du Beaujolais n’aura aucun mal à susciter des présentations variées. Elles débutent d’ailleurs le 17 juin avec des photographies historiques découvertes par Baptiste Garin : Chasselay 1940, anatomie d’un crime de guerre”. Suivra “J’avais dans la tête, dessins et peintures d’Allain Renoux (25 juin\6 juillet).

Créées en mars dernier, les Nouvelles éditions du Poutan se sont étoffées par la venue de Sylvia Pittet, gérante de la société, et de Marie Garnier, auteure jeunesse et responsable commerciale.

Lire la suite sur le site du Pays…

Le Pays – Didier Pré – 13 juin 2020

Une nouvelle page pour les éditions du Poutan – Le Pays 11/06/20

J’avais dans la tête

Juin 1940 – Combats et massacres en Lyonnais

 

Publié le 22 août 2015