Archives

Le Progrès 18/04/15 – Les éditions du poutan fêtent leurs cinq ans !

Le Progrès Beaujolais 18 avril 2015
Photo William Thomas

LES ÉDITIONS DU POUTAN FÊTENT LEURS CINQ ANS AVEC DES PROJETS PLEIN LA TÊTE !

La maison d’édition Caladoise a déjà publié soixante-quinze ouvrages. Dernier livre en date : « Au fil de l’eau… la Saône ».

« Faire du régionalisme sans chauvinisme ». C’est par cette volonté d’un homme, Jacques Branciard, qu’est née la maison d’édition Caladoise. Plus de soixante-quinze ouvrages ont vu le jour grâce à cette entreprise individuelle qui n’a cessé de se développer.
Il tient dans ses mains le dernier, tout juste sorti et intitulé « Au fil de l’eau… la Saône ». Jacques Branciard est fier de ce travail qui réunit textes et photos sur la rivière et les régions qu’elle traverse. Il est difficile pour ce passionné de retenir un livre, tant chacun revêt une importance particulière à ses yeux. Il en est un, en tout cas, qui a lancé la machine : « Les muscadins de Theizé », qu’il a lui-même écrit lors de ses études d’histoire. « J’ai fait mon mémoire de maîtrise sur un événement révolutionnaire local : la fuite de l’armée Lyonnaise en 1793 et son périple catastrophique à travers le Beaujolais ».
En 2008, il réédite cet ouvrage, dont plus de 1 200 seront vendus la première année, sous la bannière des éditions du Poutan. « On m’a amené de nombreux textes, et c’est ainsi que la mayonnaise a pris ». En 2010, il se décide à officialiser cette entité sous sa forme d’entreprise.
« Il y a eu à Villefranche les éditions du Cuvier, qui produisaient des auteurs locaux, et dont le dernier essai est paru en 1980. Le Poutan étant un grenier en patois, il s’agissait ainsi de passer de la cave au grenier ! », explique Jacques Branciard. Une manière de rendre hommage à ce précédent tout en prenant la suite.
Les livres sur la charte de Villefranche, ses trésors cachés ou les conscrits touchent un large public qui se reconnaît dans cette expression culturelle locale.
« Parmi les plus beaux villages Oingt » a également connu un grand succès et sera réédité cette année en anglais. À l’heure des projets, Jacques Branciard se réjouit du retour de l’Almanach Beaujolais, qu’il permettra en novembre. « Jacques Bruyas en sera le rédacteur en chef, et c’est Bernard Pivot qui est pressenti pour en rédiger la préface. Il regroupera un panel représentatif de personnalités qui comptent dans la région ».
Le travail de la maison d’édition dépasse aujourd’hui le cadre local, et va permettre la sortie d’un autre ouvrage très attendu prochainement, sur Éliane et Pierre Thivillon, les directeurs du zoo de Saint-Martin-la-Plaine. Réaliste sur le déclin du livre papier par rapport au format numérique, Jacques Branciard reste optimiste sur l’avenir de son entreprise : « Le régionalisme est un domaine qui permet d’avoir du temps avant de voir disparaître ce support ». Il envisage même plutôt une évolution de la structure individuelle de sa maison d’édition : « Il faut mettre la main à la pâte à tous les niveaux d’écriture : j’ai atteint les limites pour un travail à une personne, et une autre sera donc nécessaire dans les prochaines années ».

Lire la suite

Le Progrès 18/04/15

Publié le 3 décembre 2015
Le Progrès Beaujolais 30 Juin 2015

Le Progrès 30/06/15 – POULE-LES-ÉCHARMEAUX – A la rencontre des auteurs régionaux

Le Progrès Beaujolais 30 juin 2015
Photo Geneviève Armanet

POULE-LES-ÉCHARMEAUX – A la rencontre des auteurs régionaux

La bibliothèque municipale avait convié pour dédicaces ce dimanche, six auteurs régionaux : Maurice Chalayer et Daniel Rosetta, écrivains habitués de ces séances. Parmi les premiers ouvrages les lecteurs ont découvert « Léa la Sainte » d’Alain Nesme et « Les généraux de Lyon, du Rhône et de la Loire sous la révolution et l’empire » de Sébastien Parra. Bernard Goyard et Yves Blanc étaient en terrain connu puisqu’ayant habité Poule ils avaient déjà été invités. Les visiteurs ont pu rencontrer également Marie-Thérèse Mens, l’épouse de Christian Mens disparu récemment. Accompagnée de son fils Didier, ils ont présenté l’ouvrage de Christian Mens « Les trois rivières » illustré de nombreuses photographies qu’il avait réalisées, (photographies exposées en parallèle de l’ouvrage). Jacques Branciard proposait les ouvrages qu’il édite au Poutan. Une belle réussite pour cette rencontre multi-auteurs.

Lire la suite

Publié le 30 novembre 2015
Le Patriote Beaujolais Librairie Uera 151003

Le Patriote 03/10/15 – Les écrivains du Beaujolais s’exportent à Villeurbanne

Laurence Chopart dans Le Patriote Beaujolais – 03 octobre 2015

« Les écrivains du Beaujolais s’exportent à Villeurbanne »

Des auteurs Caladois et du Beaujolais étaient invités ce matin à l’inauguration de la Librairie des écrivains à Villeurbanne. Leurs ouvrages sont en vente dans ce nouvel espace.
Les Éditions du Poutan, dont le siège est implanté à Gleizé et qui publient de nombreux auteurs du Beaujolais, ont désormais toute leur place à la Librairie des écrivains gérée par l’UERA (l’Union des Écrivains Rhône-Alpes), à la cité des Antiquaires, boulevard Stalingrad à Villeurbanne.
Lire la suite….

Le Patriote Beaujolais


Jacques Bruyas, Jacques Branciard (Editions du Poutan), Simone Volgelgesang, auteur, Marie-Hélène Branciard, webmaster
Jacques Bruyas
(Président UERA), Jacques Branciard (Éditions du Poutan),

Simone Vogelgesang (Présidente Des Livres et des Histoires),
Marie-Hélène Branciard (auteure).

Publié le 25 novembre 2015
le pays roannais mr poutan 160211

Le Pays 11/02/16 – Jacques Branciard ouvre le Poutan aux auteurs régionaux

Bernard SchreierLe Pays – 11 février 2016

Jacques Branciard a créé en 2010 les Éditions du Poutan. Le poutan étant, dans le Beaujolais, un grenier ouvert, un fenil pour faire sécher les récoltes.
Né en Algérie en 1965 de parents enseignants à El Oued, oasis à la limite du Sahara, le très jeune Jacques rentre en France deux ans plus tard, à Gleizé, où il fréquente l’école communale puis le collège et le lycée Claude-Bernard, à Villefranche.

Lancé par les Muscadins

Des études d’histoire à Lyon 2 l’incitent à faire un mémoire sur les Muscadins, l’histoire contée par son grand-père de ces royalistes lyonnais fuyant la Révolution, massacrés par des habitants de Theizé, entre autres, pour s’approprier les biens qu’ils emportaient, traversant le pays Beaujolais dans une fuite sans retour. Une enquête sérieuse, laissant encore des traces 200 ans plus tard, qui devait se traduire par un ouvrage remarquablement documenté, édité à compte d’auteur, lequel fait encore référence aujourd’hui. (…)

Déjà 85 ouvrages édités.

Des projets ? Oui, multiples. Trois livres de Guy Claudey sur Vermorel, homme politique et industriel mort à Villefranche en 1927, dont un sur les puissantes automobiles Vermorel. Un quatrième ouvrage sur le Beaujolais sera édité par le Poutan avec la collaboration du photographe Alain Jean-Baptiste et l’historien Daniel Rosetta spécialiste de la région, plus dix-huit projets d’éditions dont un roman de Jean-Louis Bellaton ( La Passe, La nuit des bougies,…).
« Monsieur Poutan », comme l’appellent parfois ses auteurs, est un éditeur régional qui va de l’avant tout en donnant une chance à des écrivains aux talents encore méconnus. »

Lire l’article en entier sur le site Le Pays.fr

Le Pays 14/02/16

 Les Muscadins de Theizé
Publié le 11 novembre 2015
progres 160510

Le Progrès 10/05/16 – Villefranche – La collégiale Notre Dame des Marais porte l’empreinte du temps

 Le Progrès Beaujolais 10 mai 2016

Bâtie sur des marais, Notre-Dame des Marais a traversé les époques et les styles architecturaux. Retour sur dix siècles d’existence.

« Au tout début de l’histoire de la ville, l’église paroissiale fut sainte Madeleine, une église située à l’extérieur de la porte d’Anse », relate Daniel Rosetta dans son ouvrage intitulé Villefranche des origines à nos jours , paru aux éditions du Poutan. « Il est probable que figura d’abord à l’emplacement de Notre-Dame des Marais une simple chapelle qui fut transformée en église à une date que nous ignorions », poursuit-il.

Lire la suite

La collégiale Notre-Dame-des-Marais : Une église dans la ville
Daniel Rosetta – Préface de Jean-jacques Pignard
Avec la collaboration de Jacques Branciard, Christine Chaffard, Janine Meaudre, Yvette Ollier et Simone Vogelgesang. Éditions du Poutan

ACHETER CET OUVRAGE

 

Publié le 5 novembre 2015
progres 160518

Le Progrès 18/05/16 – Les Éditions du Poutan œuvrent en faveur d’une littérature régionaliste

Le Progrès Beaujolais 18 mai 2016
Article et photo de Bernard SCHREIER

C’est parce que Jacques Branciard avait enquêté sur les Muscadins de Theizé, que sont nées les Éditions du Poutan à Gleizé.

Un travail d’historien
« 
En 2010, après une formation d’historien et divers travaux dans le multimédia, Jacques Branciard, né à El Oued (Algérie) de parents enseignants, s’installe à Gleizé. Un certain nombre de rumeurs court dans le sud du Beaujolais à propos des habitants du village de Theizé et d’autres alentours : les ancêtres de ces villageois auraient massacré et pillé les hommes du général Percy fuyant la guillotine de la Convention.
Enquêtant très sérieusement sur le terrain, Jacques Branciard s’attache à recueillir et à analyser cette mémoire. Une enquête finement menée, malgré les réticences des personnes concernées, et un récit documenté, avec des résultats dignes d’un polar de Didier Daeninckx. »

40 ouvrages en circulation, d’autres en cours
Sur 80 ouvrages, 40 sont en circulation et plusieurs en préparation comme Les Chapelles du Beaujolais de Jeanine Meaudre et René Boncompain et les Automobiles de Vermorel de Villefranche.

Lire la suite

Les Muscadins de Theizé : Histoire et mémoire

Jacques Branciard
Photos : Grégory Richa
Préface : Gérard Corneloup

Octobre 1793, Lyon assiégée depuis deux mois est à bout de force. Le Général Précy qui commande les troupes lyonnaises fait savoir à ses fidèles – ceux qu’on appelle les muscadins – qu’il va tenter une sortie.
Celle-ci s’opère le neuf au matin. L’objectif est de passer la Saône en aval de Trévoux, puis de gagner la Suisse. En fait, les Lyonnais seront contraints par leurs poursuivants …

ACHETER CET OUVRAGE

Publié le 3 novembre 2015
progres 161107

Le progrès 07/11/16 – Le Bagnard devenu baron – Daniel Tremblay

Le Progrès Beaujolais – 7 novembre 2016
Article et photo de Philippe Galland

Le fabuleux destin de Claude Perrin, bagnard devenu baron de Richemont

Ancien président de l’académie de Villefranche et du Beaujolais, Daniel Tremblay vient d’achever son premier roman historique. Le Caladois y raconte la fabuleuse histoire d’un escroc, qui se présentait comme Louis XVII, rescapé de son emprisonnement au Temple, et qui a fini ses jours au château de Vauxrenard.

Le Bagnard devenu baron – Daniel Tremblay « Le mythe de la survie du jeune Louis XVII, emprisonné avec sa mère Marie-Antoinette, dans l’enfer de la Révolution, a longtemps bercé les fantasmes. L’enfant royal, héritier du trône de France, aurait survécu à la Terreur. Suzette Labrousse, prophétesse, protégée de la duchesse de Bourbon, voyait en Robespierre « le messie de la révolution », et annonçait « la résurrection de Mirabeau et du petit dauphin du temple ». Les prétendants au trône ne manquaient pas. D’entre eux, le baron de Richemont. En fait, de son vrai nom Claude Perrin, natif de Lagnieu (Ain), en 1785. Le destin de cet homme, conjugué à son intérêt pour le jeune Louis XVII ont motivé Daniel Tremblay à rédiger son premier roman historique. « Pris en affection par le père Baudry, curé du village, qui décèle en lui un enfant particulièrement intelligent, le jeune Claude entrera au petit, puis au grand séminaire », explique l’auteur. Mais, visiblement, l’homme ne se voit pas vraiment embrasser le ministère de Dieu et de servir l’Église, préférant « une vie d’aventure et de nouveauté ». « Marqué par la vie, il se promet qu’il aura de l’argent et qu’il sera un grand Monsieur », précise Daniel Tremblay. »

Lire la suite

Le Bagnard devenu baron – Daniel Tremblay – 19 € – éditions du Poutan – Novembre 2016

ACHETER CET OUVRAGE

Publié le 6 octobre 2015